dimanche 26 février 2017

Biographie / Joséphine Baker



Joséphine Baker

Par Sébastien Michel

Jacques Pessis nous conte le merveilleux destin de cette cendrillon créole qu'est Joséphine Baker. Cette fille de blanchisseuse noire naît en 1906 à Saint Louis. Elle a contre mauvaise fortune le spectacle en adoration et dés sa plus tendre enfance, Miss Baker adore se mettre en scène...

A 13 ans, elle quitte tout pour suivre son rêve au cours d'une tournée pendant laquelle, sous le nom de Tumpie, la danseuse révèle son talent et son comique. C'est le début d'une ascnsion fulgurante : en 1924, elle fait son entrée à Broadway, en 1925 l'étoile montante est à Paris, vedette de la Revue Nègre et l'année suivante, elle est le meneuse de Revue des Folies Bergères. La pinkie incarne à elle seule les années folles et son image fait bientôt le tour du monde au cours d'une tournée qui déclenche tout à la fois le scandale et la gloire. La femme aux deux amours n'a pas seulement distrait les foules avec ses plumes, son rythme, ses mimiques et ses bananes en ceinturon, au cours de spectacles désormais mythiques, elle a aussi fait bouger les esprits et prouver maintes fois son grand coeur. A Cuba, elle s'improvise Joséphina, militante de la fraternité humaine et s'investit dans le combat contre le racisme. Preuve en est de son engagement : elle adopte douze enfants de multiples origines. Cette femme, amoureuse d'une France libre, chante sur la ligne Maginot en 1939 et s'engage dans les services de renseigement des Forces françaises. Elle traverse ainsi le siècle avec une incroyable fougue, se relevant à chaque fois dignement de ses souffrances, et fêtera ses cinquante ans de carrière à Paris en 1975. Un destin époustouflant à lire d'une trotte comme un roman qui vous entraînera derrière une étoile créole aux quatre coins du monde et de l'art de notre siècle.

MAGAZINE CULTURE





vendredi 24 février 2017

José Fort / Donald Trump est-il fou ?

Donald Trump est-il fou ?

MARDI, 21 FÉVRIER, 2017
HUMANITE.FR
Photo : Joe Raedle/AFP
Photo : Joe Raedle/AFP
Une tribune de José Fort. « Qu’on ne s’y trompe pas : Donald Trump, requin du monde des affaires, a un projet de société : celui d’une Amérique nostalgique, blanche, patriarcale, fermée sur elle-même, quasi auto-suffisante. »
Cinglé, le président des Etats-Unis? Des psychiatres nord-américains posent publiquement la question. Plusieurs journaux, à l’instar du New York Times laissent entendre que l’homme serait dérangé. Il faut bien reconnaître que le personnage prête à ce genre d’interrogations : comportements étranges, approximations permanentes, sorties médiatiques souvent incompréhensibles, et un entourage recruté dans les mouvements sectaires. Trump, fou ? Telle n’est pas mon opinion.
Donald Trump n’est pas fou. Il est plutôt le reflet d’une partie de la société nord-américaine, celle de l’argent, du racisme, du sexisme, de la vulgarité, de l’ignorance, bref celle de la bêtise, comme celle que chantait Jacques Brel dont je retiens…
« Salut à toi dame bêtise,
Toi dont le règne est méconnu
Salut à toi dame bêtise
Mais dis-le moi comment fais tu
Pour avoir tant d’amants et tant de fiancés
Tant de représentants et tant de prisonniers
Pour tisser de tes mains tant de malentendus
Et faire croire au crétin que nous sommes vaincus. »
Qu’on ne s’y trompe pas : Donald Trump, requin du monde des affaires, a un projet de société : celui d’une Amérique nostalgique, blanche, patriarcale, fermée sur elle-même, quasi auto-suffisante.  Un projet accueilli favorablement par une partie des classes populaires qui rejettent pêle-mêle le multiculturalisme, les élites intellectuelles, politiques et économiques, jugées responsables de leur déclassement social et culturel. Les deux tiers des Américains blancs sans diplôme n’ont-ils pas voté pour lui ?
La perspective Trump, c’est aussi celle d’une vision conservatrice sur les mœurs et surtout très libérale en économie saluée il y a quelques jours par la Bourse à New York lorsque le Down Jones a franchi la barre historique des 20.000 points.
Trump n’est pas fou. Il s’attaque à l’étranger avec papier ou pas, aux droits des femmes, aux homosexuels, à la presse. Il flatte les plus bas instincts. Il y a chez lui comme une combinaison des pires caractéristiques de Silvio Berlusconi et de Marine Le Pen.
Sans aucun doute, il est mégalo. La Trump Tower, le steak Trump, le parfum Trump, le jeu de société Trump, l’empire immobilier Trump, les casinos Trump… L’amour de Trump pour son nom est incommensurable. Mais on a vu d’autres originaux à la Maison Blanche. Le trait de personnalité y est si commun que des psychologues ont classé en 2013 les présidents en fonction de leur trouble narcissique.
A défaut d’être considérés comme fous, de nombreux présidents peuvent au moins être qualifiés d’excentriques. Exemples : Herbert Hoover (président de 1929 à 1933) avait deux alligators en guise d’animaux de compagnie. Son prédécesseur, Calvin Coolidge (de 1923 à 1929) occupait la Maison Blanche avec deux lions, un raton laveur domestiqué et Billy, son hippopotame pygmée. Trump, lui, a ses évangélistes et ses voyants illuminés.
On va vite s’apercevoir que la vision de Trump et de son équipe c’est comme un puzzle qu’ils mélangent et dont risque de sortir le pire. Car il y a une logique dans les tweets et les interviews de Trump. Cette logique ne se limite pas aux attaques contre la presse. Elle vise surtout le financement de la santé, les services publics, en préservant les impôts des plus riches. Bref, une logique de violente politique de classe à la manière de la mafia : en tirant sur tout ce qui peut résister à l’entreprise Trump. On voit pour l’instant le dessus de l’iceberg alors qu’il s’agit d’un projet dont on ne connaît pour le moment… que le brouillon.

L´HUMANITÉ

José Fort
José Fort est un internationaliste passionné du monde, journaliste, ancien chef du service monde de l’Humanité.





mercredi 22 février 2017

Sophie Loubière / Black Coffee


« Black Coffee » 

de Sophie Loubière


En juillet 1966, un homme tue sauvagement une petite fille et sa tante. La mère est blessée, traumatisée. Le grand frère s’en sort.
En 2011, Desmond est un journaliste spécialisé dans les affaires criminelle et vit avec le souvenir de sa soeur assassinée. Le coupable n’a jamais été appréhendé.
Alors que son père, ancien représentant de commerce itinérant, a peu à peu coupé les ponts avec sa famille, il lui laisse à sa mort sa maison en Arizona. Là où les souvenirs du passé vont resurgir.
Dans le même temps, une française, Lola, parcourt les Etats-Unis avec ses deux enfants. Son mari a disparu du jour au lendemain trois ans plus tôt et elle essaie de le retrouver en suivant une piste qu’il lui a mystérieusement laissée. Il aurait recueilli le témoignage d’un tueur en série qui a sévi sur la route 66 sans jamais avoir été appréhendé. Et celui-ci serait le tueur de la famille de Desmond…
Mi road-movie, mi-enquête, Black Coffee fait converger les destins des différents protagonistes. Tous cherchent d’une manière ou d’une autre à connaître l’identité du tueur, si tant est qu’il est réellement existé, pour des raisons différentes.
L’intrigue avance à un rythme soutenu et pourtant les zones d’ombre ont du mal à s’éclaircir. Cela ressemble à un gigantesque puzzle : on récupère pas mal de pièces au fur et à mesure mais au bout du compte, on peine à les assembler. Ce n’est pas déroutant pour autant, au contraire, c’est ce qui fait le charme de l’histoire. On échafaude des hypothèses, on voit juste, ou alors on se plante royalement. Jusqu’à ce que le tableau final soit révélé et réponde à notre attente (en tous les cas la mienne, je n’ai pas été déçue).
Sophie Loubière a bien dépeint l’atmosphère américaine, avec de nombreux détails de la vie quotidienne qui donnent du crédit à son histoire. La lecture n’en est que plus agréable.
Toutefois, je regrette l’amourette entre Lola et Desmond (aucun scoop, on la voit pointer à des kilomètres) qui est un ressort vu revu et rerevu.
Au final j’ai quand même passé un très bon moment avec ce livre !
Merci à Agnès et aux éditions Pocket.



jeudi 16 février 2017

Christine Masson / «Aller au cinéma ou faire l'amour»



Christine Masson, auteur de "Aller au cinéma ou faire l'amour".CHRISTOPHE ABRAMOWITZ
Le cinéma se livre(s)
Paris Match| Publié le 10/02/2017 à 07h51
Alain Spira

Deux livres courts, mais serrés prennent le cinéma par un autre bout de la lorgnette pour nous entraîner, chacun à sa manière, de l'autre côté des décors. 
Travelling sur Berlin

Initiée par Edouard Dor, la collection «Ciné voyage» propose aux voyageurs cinéphiles des balades labyrinthiques dans des villes ayant servi de cadre et de muses à de grands cinéastes au fil des décennies. Après Tokyo, Rome, New York, Marseille..., c'est au tour de Berlin d'être «mise en scène» par la plume de Camille Larbey. Avec de la pellicule pour fil d'Ariane, l'auteur nous guide de façon chronologique, à travers les strates et les soubressauts de l'Histoire qui, du muet à nos jours, ont façonné la capitale allemande jusqu'à en faire le carrefour européen de l'avant-garde. La nuit venue, vous aurez peut-être la chance de croiser l'ombre de M le Maudit traversant l'Alexanderplatz. Cette même place inspira Alfred Döblin dont le roman «Berlin Alexandederplatz» fut porté à l'écran par Werner Fassbinder. Happé par le tourbillon de la guerre, la ville nazifiée devient un «Cabaret» tragique où chanteront des Lili Marleen jusqu'à «La Chute» finale incarnée magistralement par un Bruno Ganz en Führer. Puis, le grand couteau de l'après-guerre s'abattra au milieu de la cité teutonne, la scindant en deux parts d'un gâteau que les blocs de l'Est et de l'Ouest vont se partager. Cette schizophrénie va se répercuter dans un grand nombre d'oeuvres que l'auteur passe en revue en exégète accompli. Guide, mais aussi aide-mémoire, «Berlin mis en scènes» fait défiler les époques au rythme de 24 images par seconde. Des secondes qui peuvent durer une éternité ou un éclair, tant le temps devient relatif dans les salles obscures transpercées par les faisceaux des projecteurs. Et lorsque vous refermerez ce livre, vous serez en 2415. Et Berlin sera toujours Berlin...

«Berlin mis en scène» de Camille Larbey, collection Ciné Voyage, éd. Espaces&Signes, prix: 12 euros.

7ième Art ou 7ième ciel?



Féminin jusqu'au bout des onglets grâce aux illustrations glamours de Yann Legendre, «Aller au cinéma ou faire l'amour» est un joli bouquin-bouquet de pages, un délicat carnet intime ouvert à tous. Entrée en cinéma comme en religion, Christine Masson partage sa foi avec les auditeurs de France Inter tous les samedis matin dans «On aura tout vu», l'émission qu'elle anime avec Laurent Delmas. On savait que cette journaliste était une grande voix de la radio, on découvre qu'elle est aussi une bien belle plume, vive et colorée en noir & blanc et en technicolor. Comme le cinoche...Son métier l'a amenée à interviewer tant de cinéastes, d'acteurs et d'actrices, que son carnet d'adresse n'a rien à envier à l'index d'une encyclopédie du cinéma. Parmi toutes ces rencontres, elle a cueillies les plus marquantes, celles dont le parfum continue d'enivrer sa mémoire, mais aussi celles dont les épines l'ont égratignée. N'est-ce pas Maurice Pialat? Elle comprendra ce que veut dire être "Sous le soleil de Satan" quand elle se retrouvera face à ce diable d'homme. Sauvée par Depardieu le généreux, voyageuse temporelle avec Wim Wenders, sous le charme de Youssef Chahine, elle connaîtra un retentissant fiasco en chef de chorale improvisée près de la table de Francis Ford Coppola... Spielberg, Herzog, De Niro, Malkovitch, Sharon Stone, Tilda Swinton, la liste des étoiles qui sont passées dans le ciel "Massonique" nous laissent, chacune, un peu de leur éclat. A travers ses rencontres et ses émois cinéphiliques, c'est aussi Christine Masson qui se dévoile en s'effeuillant l’âme, page après page, sur l'écran blanc de ses feuillets. Et, au bout de cette projection d’elle-même, le lecteur-spectateur ému est persuadé d’une chose : la vraie star du générique, c'est elle…
«Aller au cinéma ou faire l'amour» de Christine Masson - éd. Textuel - 144 pages - 19,90 euros.


mercredi 15 février 2017

Luigi Critone / Je, François Villon


Luigi Critone
Je, François Villon

François Villon fait la rencontre de Colin de Cayeux, chef des Coquillards, brigands pervers et sanguinaires. Pour être initié, Villon doit réaliser trois chefs-d'oeuvre : un vol scandaleux, un crime écoeurant et un présent abominable. Ainsi, il volera une femme qui enterre son enfant, égorgera une pauvre prostituée et, sur demande de Colin, il offrira sa femme... Bienvenue parmi les ignobles !















mardi 14 février 2017

« Je, François Villon », de Luigi Critone d’après Jean Teulé




« Je, François Villon », 

de Luigi Critone d’après Jean Teulé


J’ai eu la chance de gagner cette bande dessinée lors d’un concours organisé par Actualitté autour de l’oeuvre de François Villon. Villon était un poète du 15è siècle, dont le texte le plus célèbre est La ballade des pendus. Il a mené une vie dissolue malgré l’éducation religieuse dont il a bénéficié, car très tôt le Père Guillaume Villon l’a pris sous son aile, après que ses parents ont été exécutés. Son crédo : la liberté. Sans foi ni loi.
Luigi Critone s’est appuyé sur le roman de Jean Teulé pour réaliser cette bande dessinée, dont le premier tome s’intitule Mais où sont les neiges d’antan ? D’habitude je préfère rédiger moi-même les résumés, mais je trouve la quatrième de couverture parfaite et me permets donc de la restituer.
Résumé :  Il est peut-être né le jour de la mort de Jeanne d’Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère. Il a étudié à l’université de Paris. Il a joui, menti, volé dès son plus jeune âge. Il a fréquenté les miséreux et les nantis, les curés, les assassins, les poètes et les rois. Aucun sentiment humain ne lui était étranger. Des plus sublimes aux plus atroces, il a commis tous les actes qu’un homme peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de l’histoire de son temps.

Mon avis : il est toujours intéressant de se pencher sur les destins qui ont marqué l’histoire, ou qui ont une place majeure dans le patrimoine culturel. Cinq siècles plus tard, cet homme que tout destinait à être oublié survit dans nos mémoires grâce à ses poèmes. Il est né le jour où Jeanne d’Arc a été brûlée, le jour où son père est mort pendu, pour avoir volé. Sa mère est morte enterrée vivante, pour vol, elle aussi. Heureusement, Guillaume Villon l’a recueilli et le destinait à devenir clerc. François a bel et bien suivi ses études mais en cumulant les bêtises à côté, et pas de moindres.
Ce premier tome aborde les jeunes années de Villon, jusqu’à ses 21 ans. Joyeux ripailleur, il entraîne ses amis dans des soirées de beuverie et de débauche. On découvre un jeune homme épris de liberté, de libre-arbitre, avec une insolence immodérée. Ce boute-en-train est toujours motivé pour faire enrager les soldats défendant les intérêts des bourgeois. Comme le dit Jean Teulé, François Villon était « infréquentable ».
L’histoire est donc passionnante et instructive. Qu’en est-il des dessins ? Ils sont très beaux, à la fois simples et travaillés : sans trop de détails mais ce qui est dessiné l’est avec finesse. Les couleurs pastels sont très bien exploitées, l’ensemble est doux, très agréable à lire. Même les scènes de sexe restent assez pudiques finalement.
J’ai vraiment beaucoup aimé, j’ai appris pas mal de choses sur ce grand poète, et la vie de l’époque est superbement rendue. Je me procurerai le deuxième tome dès sa sortie, j’ai hâte de connaître la suite de son destin.
Jean Teulé et Luigi Critone sont venus parler de la BD sur France Culture. La partie qui nous intéresse commence à 18 minutes.