dimanche 16 mars 2014

Emmanuelle Béart / Nue





Emmanuelle Béart
NUE

Née le 14 Août 1965 à Saint-Tropez (France)


Fille du chanteur Guy Béart et de Genevieve Galea, mannequin apparu dans Les Carabiniers de Godard, Emmanuelle Béart fait ses premiers pas à l'écran à 7 ans dans La Course du lièvre à travers les champs (1972). Après un bref passage dans une école d'art dramatique à Paris, elle trouve son premier grand rôle - avec à la clé une nomination au César du Meilleur espoir- dans L'Amour en douce de Molinaro (1985), qui marque également sa rencontre avec celui qui sera son compagnon pendant dix ans, Daniel Auteuil. Mais le film qui lui apporte la célébrité est Manon des Sources, la saga à succès de Claude Berri : son rôle de sauvageonne lui vaut le César du Meilleur second rôle féminin en 1987.



Loin de son image glamour, Emmanuelle Béart fait en 1989 une composition très remarquée de jeune délinquante dans Les Enfants du désordre. Sa carrière est ensuite marquée par sa rencontre avec des auteurs prestigieux : Rivette (elle pose nue pour le peintre Piccoli dans La Belle noiseuse en 1991), Techiné, qui lui fait jouer une prostituée dans J'embrasse pas ou encore Chabrol (L'Enfer en 1994). Cette admiratrice de Romy Schneider trouve deux de ses plus beaux rôles dans les derniers films de Sautet : elle est une violoniste qui bouleverse la vie de deux musiciens dans Un coeur en hiver, puis devient l'étrange confidente d'un vieil écrivain incarné par Michel Serrault dans Nelly et Monsieur Arnaud (1995), deux jolis succès. Wargnier lui offre un autre beau personnage dans Une femme française, mais cette fois le public n'est pas au rendez-vous.



Après un détour par Hollywood (Mission : impossible de De Palma en 1996), cette comédienne sensuelle au regard mélancolique est en 2000 l'émouvante héroïne de la fresque d' Assayas Les Destinées sentimentales, et on retrouve son tempérament fiévreux dans Le Temps retrouvé de Ruiz et La Répétition de Catherine Corsini en 2001 - trois films présentés en compétition à Cannes. Sur un mode plus léger, elle prend part à La Bûche, comédie populaire de Danièle Thompson, campe une domestique lubrique dans 8 femmes d' Ozon et une attachante bimbo dans A boire de Marion Vernoux. A l'approche de la quarantaine, l'actrice reste un sex-symbol du cinéma français (le troublant Nathalie... en 2004) et continue d'inspirer de grands cinéastes, comme Michel Deville (Un fil à la patte, 2005) ou les vieilles connaissances que sont Techiné (Les Egarés) et Rivette (Histoire de Marie et Julien).

DREAMS UNIVERS
































Aucun commentaire:

Publier un commentaire