mercredi 19 octobre 2016

Face au silence de Bob Dylan, l'Académie des Nobel renonce à le contacter


Face au silence de Bob Dylan, l'Académie des Nobel renonce à le contacter




Par Jean Talabot, AFP agence
Mis à jour le 18/10/2016 à 15:25
Publié le 18/10/2016 à 15:22


Le chanteur américain reste muet et impassible vis-à-vis de la distinction qu'il vient de recevoir. Face à ce mutisme, l'institution suédoise a même renoncé à le contacter mais compte sur sa présence le 10 décembre pour la remise de son prix des mains du roi de Suède.

Sara Danius était une illustre inconnue il y a encore quelques jours, jusqu'à ce qu'elle prononce officiellement le nom de Bob Dylan comme nouveau lauréat du Prix Nobel de littérature. Un prix pour avoir créé «de nouveaux modes d'expression poétique» .
Le nom de la secrétaire perpétuelle de l'Académie Nobel est désormais mondialement associé au chanteur. C'est encore elle qui, lundi 17 octobre, déclarait sur l'antenne suédoise de Sveriges Radio renoncer à le joindre.
«À l'heure actuelle, nous ne faisons rien. J''ai appelé et envoyé des courriers électroniques à son collaborateur le plus proche». Elle reconnaît avoir obtenu «des réponses très aimables» qui suffisent pour le moment à son bonheur. Et qui comblent en tout cas le silence dans lequel s'est réfugié, comme à son habitude, Robert Allen Zimmerman, alias Bob Dylan.
Le soir même de l'annonce du Nobel, il se produisait pourtant sur la scène de l'hôtel Cosmopolitan à Las Vegas, avant sa prestation le lendemain au Desert Trip Festival. L'interprète de Blowin' in the Wind n'avait alors pas adressé le moindre mot à son public, ni fait la moindre référence à son prix.



Optimiste, Sara Danius déclare pourtant ne pas s'inquiéter et avoir «le sentiment qu'il va se manifester». Comme chaque année, sera donné le 10 décembre (anniversaire de la mort d'Alfred Nobel) un banquet à l'issue duquel chaque lauréat se verra remettre son Prix des mains du roi de Suède. «S'il ne veut pas venir, il ne viendra pas. Ce sera une grande fête malgré tout et la distinction lui appartient», conclut-elle.
Sauf s'il la récuse. Outre les nobélisés ayant été «contraints» de décliner leur Prix - à l'instar de l'auteur du DocteurJivago, Boris Pasternak, en 1958, accusé par le régime soviétique d'antipatriotisme - les refus ont été rares dans l'histoire de l'institution.
Le plus célèbre reste Jean-Paul Sartre qui, en 1964, renonçait à son Prix Nobel de littérature pour des raisons «objectives» (le Nobel, dans la Guerre Froide, n'étant pour lui réservé qu'«aux écrivains de l'Ouest ou aux rebelles de l'Est» ) et «personnelles» (toujours décliner les distinctions officielles pour refuser de «se laisser transformer en institution»).
Le Duc Tho, l'un des négociateurs des accords d'armistice pour mettre fin à la guerre du Viêt Nam, déclinait son Prix Nobel de la paix neuf années plus tard, arguant que cette dernière n'avait pas «réellement été établie».
Quid de Bob Dylan? Il y a fort à parier que la légende du rock accepte malgré tout cette distinction. Sans pour autant montrer un enthousiasme particulier. Réputé hostile aux grandes institutions, le chanteur avait daigné recevoir la Légion d'honneur des mains d'Aurélie Filippetti, l'ex-ministre de la Culture. Une cérémonie, exercice proche de la torture pour le chanteur, qui n'avait duré que dix minutes, discours compris.
LE FIGARO

FICCIONES

FOTOS DE TRIUNFO ARCINIEGAS


SONGS / CANCIONES
THE FREENHEELIN´S BOB DYLAN, 1963

BLONDE ON BLONDE, 1966

NASHVILLE SKYLINE, 1969
Bob Dylan / Lay, Lady, lay

NEW MORNING, 1970

PAT GARRETT & BILLY THE KID, 1973
Knocking on Haven´s Door

MESTER DE BREVERÍA
KISS


Aucun commentaire:

Publier un commentaire