jeudi 31 août 2017

Mort de Lady Diana / Cette nuit où Chirac était injoignable

Jacques Chirac
Mort de Lady Diana 
Cette nuit où Chirac était injoignable


Lady Di est morte à Paris le 31 août 1997. Jacques Chirac alors président, n’était pas présent à l’Elysée cette nuit-là et restait injoignable. Un ancien conseiller de Lionel Jospin, alors Premier ministre, raconte.
Il est 00 h 27,  le 31 août 1997. La voiture transportant le milliardaire Égyptien Dodi Al-Fayed et Lady Diana percute une colonne du pont de l’Alma. Le chauffeur du véhicule et Dodi Al-Fayed sont tués sur le coup. Diana est gravement blessée et soignée sur place. Une heure plus tard, les services de l’Etat sont prévenus de l’accident.
A Matignon, Pierre-Alain Muet, le conseiller économique de Lionel Jospin, le Premier ministre de l’époque, s’occupe de tenir une permanence téléphonique. Il essaye désespérément de prévenir Lionel Jospin. Le Premier ministre était en déplacement à la Rochelle pour dire un discours important le lendemain à l’université d’été du PS, et son bras droit, Olivier Schrameck, refuse de le réveiller, comme l’indique le carnet de permanence que L’Est Républicain a pu consulter.
Pierre-Alain Muet ne reçoit pas non plus de réponse à ses coups de téléphone à l'Elysée. « Le président dort », ne cesse de répéter le permanencier de l’Élysée tout au long de la nuit. Pierre-Alain Muet doit alors gérer la crise quasiment seul : « J’ai passé environ 300, 400 coups de téléphone dans la nuit […] J’ai dû décider du nombre de Gardes républicains, quand le protocole hésitait », raconte-il à l'Est Républicain.

Bernadette Chirac remplace son mari

Vers 4h, le décès de Lady Di est prononcé. C’est Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Intérieur, présent à l’hôpital où est soignée Diana, qui informe l’équipe de Lionel Jospin. En revanche, Jacques Chirac est toujours injoignableAquilino Morelle, le conseiller politique de Jospin de l’époque, confirmera dans son livre, L’Abdication, paru en 2017, que Chirac était introuvable : « Pendant plusieurs heures nous avons cherché à contacter le Président […], jamais nous n’avons réussi à contacter le chef de l’Etat », écrit-il.
A 9h30 il n'est toujours pas disponible. C’est à son épouse, Bernadette Chirac de s’incliner devant la dépouille de la princesse, selon la même source. Le chauffeur de Jacques Chirac de l’époque, Jean-Claude Laumond, affirmera en 2001 dans son ouvrage Vingt-cinq ans avec lui, que le président dormait au domicile de l'actrice Claudia Cardinale, comme le rapporte La Dépêche. Une rumeur démentie par l'intéressée, et qui n'a jamais été confirmée. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire