samedi 30 janvier 2016

“The Revenant”, un tournage difficile ? / Alejandro González Iñárritu se défend

Leonardo DiCaprio
The Revenant
Film d'Alejandro Gonzales Iñárritu

“The Revenant”, un tournage difficile ? Iñárritu se défend

Caroline Besse
Publié le 27/07/2015. Mis à jour le 28/07/2015 à 01h08.

On peut se le figurer en regardant les premières images de The Revenant, le nouveau film d'Alejandro Gonzales Iñárritu. Températures hostiles, eau glaciale, ciel bas, lumière blanche, terre désolée, longs plans, fureur, douleur, violence et sang : le tournage a dû être difficile. Et il le fut.



Après Birdman, sur un ancien acteur star qui tente de renouer avec le succès grâce au théâtre, le réalisateur de 21 grammess'attaque au légendaire trappeur du XIXe siècle, Hugh Glass. Cet homme, grièvement blessé par un grizzly et laissé pour mort par son équipage, avait réussi l'exploit de parcourir plus de 300 km dans cet état, avec de très graves blessures sur le dos et une jambe cassée, en plein hiver, seul et sans armes, pour atteindre la rivière Cheyenne et trouver du secours. Et pour se venger de ceux qui l'avaient abandonné.
Un rôle parfait pour Leonardo DiCaprio, habitué aux rôles intenses (Aviator, Les Infiltrés, Shutter Island, Le Loup de Wall Street, Gatsby le Magnifique...), au tournage tout aussi extrême, d'après ce que racontait le Hollywood Reporter la semaine dernière.



Le film, entré en production en septembre 2014, devait être prêt en mars, dans la foulée des Oscars d'où était reparti victorieux Iñárritu (Meilleur réalisateur et meilleur film pour Birdman). Mais alors que le mois de juillet touche à sa fin, le tournage n'est toujours pas fini, et le budget, qui a déjà largement dépassé les 95 millions de dollars prévus, pourrait atteindre les 135 millions, d'après certaines sources... Toujours d'après le Hollywood Reporter, pendant ce laps de temps, beaucoup de personnes ont claqué la porte de la production, où ont été forcées de le faire. Ce à quoi Iñárritu répond : « je n'ai rien à cacher. Il y a eu des problèmes, mais aucun dont je pourrais avoir honte. Mais seulement, si j'entends un violon désaccordé, je dois le faire sortir de l'orchestre », a-t-il expliqué.
Brad Weston, CEO de la société de production New Regency, dit quant à lui que l'équipe a rencontré de « sérieux problèmes de climat ». Le tournage a eu lieu au Canada, et l'équipe a dû faire face à des températures atteignant les  - 40 degrés. Mais l'action étant censée se dérouler en automne, certains acteurs ont dû tourner sans gants. « Tout le monde était frigorifié, le matériel cassait... Déplacer la caméra d'un point à un autre était un cauchemar » admet Iñárritu qui dément les accusations selon lesquelles un jeune acteur, traîné nu dans la neige pour les besoins d'une scène, en a souffert. L'équipe a ensuite été confrontée à la fonte de la neige quand elle en avait besoin... Les retards et les problèmes d'organisation ont également contraint Tom Hardy à quitter la production de Suicide Squad, dont la bande-annonce très prometteuse a été dévoilée au Comic Con de San Diego. « Mais quand vous verrez l'envergure du film, vous direz Wow ! », promet Iñárritu. Patience, jusqu'en janvier 2016...





TÉLÉRAMA


Aucun commentaire:

Publier un commentaire