lundi 12 juin 2017

Barbet Schroeder : "Je reste fasciné par la diversité des visages du mal"

 Barbet Schroeder


Barbet Schroeder : "Je reste fasciné par la diversité des visages du mal"

Paris Match||Mis à jour le 
Barbet Schroeder : "Je reste fasciné par la diversité des visages du mal"DR
Entretien avec Barbet Schroeder, auteur de "Le Vénérable W". Son documentaire (en salle) fait le portrait de Wirathu, un moine bouddhiste birman, extrémiste et islamophobe. Accablant.
Paris Match. Vous portez un regard sévère sur Aung San Suu Kyi.
Barbet Schroeder. Elle sacrifie le cas des Rohingyas musulmans pour gagner du pouvoir ; elle ne présente aucun musulman dans son parti, de peur de se mettre à dos les bouddhistes extrémistes et les supporters de Wirathu. Pourtant, un de ses avocats, musulman, a été récemment assassiné à l’aéroport.
Les Birmans sont majoritairement bouddhistes, vous les voyez racistes ?
Ils sont d’accord à 30 % avec les théories de Wirathu, même si tous ne prônent pas sa violence. Ils se croient réellement menacés. En fait, ce sont les musulmans, même les plus installés, qui vivent dans une terreur larvée ! Aung San Suu Kyi est bouddhiste, lucide, et ne croit pas à cette menace.
Les Birmans sont-ils informés des actes de Daech ?
Ils ont en tout cas été choqués par le dynamitage des bouddhas de Bamiyan. Et ils savent que les musulmans ont éradiqué le bouddhisme en Inde, il n’y reste que des hindouistes et des musulmans.
Wirathu aurait 40 000 followers sur Facebook. Certains disent plusieurs millions
Wirathu est-il aidé par les réseaux sociaux ?
Evidemment ! Le Web facilite la propagation de ses pamphlets. Il aurait 40 000 followers sur Facebook. Certains disent plusieurs millions.
Comment expliquez-vous cette violence au sein d’une philosophie qui prône la tolérance ?
Je ne l’explique pas. Ce personnage est trouble : il était fier de me montrer des caricatures de lui le peignant en femme vulgaire très maquillée, il voulait voir ma tête quand je le regardais. On dit 
qu’il a été traumatisé, à 11 ans, à la vue d’un viol…
Les moines bouddhistes n’ont pas droit à une vie sexuelle ?
Non, c’est strictement interdit. Ceci explique-t-il cela ?
Votre documentaire terrible peut-il changer quelque chose ?
Non. D’ailleurs Wirathu a vu le film, il est très content ! Et moi, après mes films sur Idi Amin Dada, sur Cuba, sur Me Vergès, je reste fasciné par la diversité des visages du mal et de la mauvaise foi.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire